Siège d’Ecocert : les aménagements extérieurs se poursuivent.

17.09.13

Les aménagements extérieurs du siège d'Ecocert : une performance écologique.

Alors que le bâtiment E+ est désormais en service, les travaux d’aménagement se poursuivent à l’extérieur. C’est l’agence Puyo (Architecture Design Urbain et Paysages) qui a conceptualisé le projet, véritable pari d’aménagement pour créer une harmonie entre 3 bâtiments bien distincts et différents dans leur architecture : le Dôme, E1 et E+.
Nous avons rencontré Jean-Yves Puyo pour lui poser quelques questions.

1/ Comment avez-vous approché la conception de ce projet ? (programme d’aménagement, défis et contraintes)

Ce fut une conception assez difficile car le terrain était trop petit pour absorber l’ensemble du programme en particulier le stationnement. La conception a été complexe et rigoureuse alliant systématiquement contraintes techniques, énergie grise minimale et qualité paysagère et environnementale ambitieuse.

L’objectif était pour moi de créer de véritables lieux extérieurs que les salariés puissent s’approprier et vivre au cours des saisons : chaque matin aller de sa voiture au bureau doit être un parcours au cours duquel chacun doit trouver du plaisir et observer des micros espaces de nature, partager un moment de convivialité avec des collègues.
Chaque mouvement de terre, chaque matériau a été retenu pour des choix simples, efficaces et économes en investissement, en gestion et en entretien ; c’est une bonne chose, le challenge était difficile.

Dans mes projets, cette approche, intimement articulée aux valeurs de composition urbaine et paysagère, d’architecture bioclimatique, d’ambiance des espaces publics, se réinvente à chaque fois au stade d’études préalables ou de la maîtrise d’œuvre. Elle éprouve l’utilisation du paysage comme « matériau » principal de composition en milieu urbain, périurbain, rural ou littoral.

2/ Quels matériaux avez-vous utilisés pour l’aménagement extérieur et  pourquoi?(provenance, qualité…etc.)


Les matériaux ont été choisis en fonction de deux objectifs.

  • Le premier était de n’avoir aucune terre à évacuer du site grâce à un système équilibré de déblais/remblais. Nos aménagements ont donc visé à minimaliser les terrassements. Les talus ont ainsi été stabilisés sur place. Les matériaux des sols et des gabions proviennent d’une carrière près de St Gaudens, une des plus proches pour des matériaux de grande qualité.
  • Le second objectif était de concevoir des aires de stationnement dans la pente en minimisant l’impact des cordons de voitures stationnées dans le paysage. Pour cela, nous avons imaginé des terrasses-esplanades plantées d’une guirlande d’arbres fruitiers moyens qui permettront de ménager des espaces de vie et d’assurer l’articulation entre les parkings, les abords du bâtiment E1, du dôme et son terre-plein. Les sols en sable stabilisé ocre joueront avec des platebandes de lavandes. Des bandes de vivaces se prolongeront vers les talus de prairies fleuries. 


Les terrasses-esplanades autour du bâtiment E+

Pour les aires de stationnement, les chaussées seront réalisées en goudron car elles seront très sollicitées (pour une bonne pérennité ne nécessitant pas de réfection) alors que les places de stationnement (sauf celles pour les handicapés) seront en calcaire stabilisé pour permettre à l’eau pluviale de pénétrer dans le sol. Des arbres en cépée, plantés à intervalle régulier, assureront une protection solaire et couperont la perspective des rangées de voitures. Les talus seront aussi végétalisés avec des essences rustiques nécessitant peu d’entretien, des arbres et arbustes structureront un soubassement pour masquer et atténuer les parkings.

L’ensemble des plantations sera choisi en concertation avec l’association « Arbre et Paysage 32» du Gers pour introduire des essences rustiques sans arrosage et des fruitiers anciens représentant un certain patrimoine local.

3/ Quelles est le rôle des noues, bassins de retenue d’eau de pluie présents sur le site?

Définition : une noue est une sorte de fossé peu profond et large, végétalisé, qui recueille provisoirement de l'eau pluviale, soit pour l'évacuer via un trop-plein, soit pour l'évaporer ou l'infiltrer sur place. Les noues sont de plus en plus utilisées par l'écologie urbaine, ou associée à des approches de types haute qualité environnementale avec souvent comme premier objectif de limiter la pollution de l'eau et d'améliorer l'environnement urbain et la santé.


Siège d'Ecocert : les noues

Les noues sont une alternative à l’assainissement pluvial par tuyaux. C’est aussi un moyen de limiter l’imperméabilisation et l’artificialisation des sols. Ici les ouvrages techniques de gestion des eaux pluviales sont intégrés pour créer un aménagement paysager global. C’est une recherche permanente que mène mon agence en partenariat avec Philippe Barral du Bureau d’Etudes VRD Concept.
Les caniveaux achemineront l’eau pluviale vers les noues et fossés qui assureront une rétention par paliers successifs. De plus, ces noues et fossés végétalisés permettent une certaine infiltration mais surtout une dispersion d’humidité par le principe d’évapo transpiration du végétal. La végétation assurera aussi une dépollution de 80% des polluants de chaussée.
Les bassins de rétention du bas du terrain seront colonisés par des roseaux et augmenteront la biodiversité du site.

De plus, une cuve servira de stockage des eaux de pluie de toiture pour l’alimentation des chasses d’eau des WC du nouveau bâtiment E+.

Ainsi, par la bonne compacité du bâtiment et l’aménagement rigoureux des stationnements, seulement 40% de la surface du terrain sera imperméabilisée et 14% semi perméabilisé ; tandis que 45 % du terrain sera conservé en espace planté en pleine terre.

4/ Que pouvez-vous nous dire sur les gabions et leur mise en œuvre ?

Définition : le gabion, à partir de la fin du XXe siècle en génie civil, désigne une sorte de casier, le plus souvent fait de solides fils de fer tressés et contenant des pierres, utilisé dans le bâtiment pour décorer une façade nue ou construire un mur de soutènement, ou une berge artificielle non étanche.


Les gabions au siège d'Ecocert

C’est un réel choix architectural et paysager : ils permettent de définir des horizontales dans ce site mouvementé et de donner une assise et une échelle intermédiaire au bâtiment E+ assez massif.

Le système des gabions permet de structurer des murs de soutènement avec une écriture contemporaine des murs de pierres sèches sans utiliser de béton. Des murs étaient nécessaires pour conforter certains talus et la réglementation nous obligeait à trouver un nombre important de places de parking.
Ces murets de soutènement en gabions de pierres calcaires créent des tensions vers le sud, rattrapant les courbes de niveaux du terrain naturel et les noues.

Ils pourront être coiffés de planches à certains endroits pour servir de bancs, qui permettront de gérer à la belle saison des réunions de travail ou des repas à l’extérieur. Ils seront colonisés dans le temps augmentant ainsi la biodiversité du site. Des plantes grimpantes vont aussi peu à peu par endroit les recouvrir partiellement.

Des fascinages (fagots) en branches de châtaignier et piquets d’acacias complètent ces dispositifs de soutènement des dénivelés inférieurs à 1m sur les talus des parkings.



Les parkings situés en contrebas du bâtiment E+ et les fascinages

5/ Comment décririez-vous le site d’Ecocert en quelques mots ?

Une performance écologique qui s’oublie dans des lieux aimables.

 

 

Retour à la liste